Patricia Bellerose et la texture des sens

Il suffirait de poser une toile de Patricia Bellerose entre les mains d’un non-voyant pour qu’il décèle le bruit des casseroles, le crash des glaçons dans un shaker ou même le doux murmure de spectateurs enivrés à l’Opéra. Ici, on ne stimule pas un sixième sens, on aiguise ceux que l’on maîtrise déjà. La vue, l’ouïe, même le goût, vous l’aurez compris, tous nos sens s’éveillent devant un tableau de Patricia.

Il se passe un phénomène en deux phases lorsque l’on voit ses oeuvres pour la première fois : La surprise puis la révélation. Tout d’abord, on entrevoit une scène de divertissement ou en coulisses (un opéra, la cuisine d’un chef, un moment intime)… La technique est si bien maîtrisée que l’on oublie qu’il s’agit d’une peinture. Ensuite, le tout prend son sens, un sens unique regroupant tous les autres, c’est l’admiration.

Cuisine02

«On se sent désincarné comme un observateur dépourvu d’une présence physique, on devient un œil qui assouvit goulûment son instinct de voyeur.» En effet, il ne s’agit pas de revêtir le tablier du chef cuisto ou les gants du plongeur. Non, il ne s’agit pas non plus d’écouter le concert de façon passive. En apportant une attention accrue, on ne voit pas simplement le tableau, mais on le vit, on le fait d’un point de vue inédit. Et c’est précisément là, le point marquant pour ne pas dire troublant. Que sommes-nous alors en prenant place dans une scène? Sommes nous réellement des spectateurs invisibles, un œil à vif, ou bien une âme errante, un esprit vagabond?

Concert

Je suis baigné dans le monde figuratif depuis si longtemps que j’oublie la naïveté d’une scène singulière. Patricia arrive à me faire plonger au coeur d’une cuisine avec un grand C ou bien aux premières loges de la salle Wilfrid Pelletier d’un quelconque Sydney Opera House. Ce n’est pas flagrant comme sensation, il faut voir ses tableaux exposés pour le comprendre.

Je m’arrêtais souvent à la beauté des coups de spatules et autres outils que l’artiste utilise pour varier les textures comme elle dit en précisant qu’il faut que ce soit intéressant pour l’oeil. Sa technique est difficile et rarement employée ici au Québec, c’est une valeur sûre pour les collectionneurs et acheteurs de Patricia. La lumière, le mouvement, les couleurs, le point de vue, la perspective… Tout m’est magnifique et pourtant tout paraît si simple au premier regard. Un coup de maître!

Ne pas avoir les outils pour apprécier l’art est un handicap pour s’exprimer librement ou ressentir pleinement un tableau. Mais Patricia nous donne un accès direct à l’émerveillement… sans jugement, ni peur, ni honte. Ainsi, on peut vivre ses tableaux au sens propre et au sens figuré. Josias Gob

Site web: http://patriciabellerose.com
Facebook: https://www.facebook.com/profile.php?id=732056446

Liste des galeries:

  • Château Frontenac à Québec
  • Koyman galleries à Ottawa
  • Artworld Gallery à Toronto
  • Gallerie Archambault à Lavaltrie
  • Autres lieux de présence aux États-Unis
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s